* Commentaires de SS Siri Ved Kaur Khalsa du 23ème Pauri du Jap Ji Sahib

23ème Paurī du Jap Jī Sāhib

de Guru Nānak

Commentaires de SS Siri Ved Kaur Khalsa

« Le 23ème Paurī dissipe l’obscurité et élève le soi.”  - enseignements du Siri Singh Sahib Yogi Bhajan (1)

La Vraie Richesse

Le fidèle loue Dieu encore et encore, récitant des mantras, des prières et des hymnes. Nous essayons de comprendre Dieu avec une meilleure compréhension des Gurbāṉī, à travers la méditation, le service de dévotion, et la réflexion. Tout ceux qui chantent le Merveilleux Un, qui décrivent Dieu de façons tellement innombrables – avec toute la dévotion qui remplit leurs coeurs – combien est grande cette compréhension? Plusieurs millions d’âmes ont passé des milliers d’années à décrire Dieu. Qui l’a fait ainsi avec succès? En combien de temps le travail sera fait?

Une goutte d’eau peut-elle comprendre l’immense océan? Malgré les nombreux mots que nous utilisons, et dans n’importe quelle combinaison, nous sommes seulement capables d’exprimer ce que nous savons de notre propre expérience et perspective. Comment une fourmi peut-elle comprendre un éléphant? Un grain de sable sonder la rive? Une poussière fixer le soleil, comprendre la lumière qu’il reflète? Chaque scintillement de compréhension apporte un nouveau niveau d’émerveillement et une réalisation supplémentaire de l’incompréhensible étendue que nous cherchons à connaître.

La pluie tombe et forme des ruisseaux. Ces derniers deviennent des torrents, qui coulent vers de grands fleuves, et qui ultimement se déversent dans la mer. Aucun ne connaît sa destination, seulement qu’ils doivent couler et la chercher. Et, en ayant trouvé la mer, ils ne savent toujours pas son étendue, alors qu’ils ne sont plus un goutte de pluie, un ruisseau, un torrent ou une grande rivière. Cependant petits ou grands qu’ils puissent avoir été, quand ils fusionnent dans l’immense mer, cette identité n’existe plus.

Juste ainsi, les fourmis rampent. Les mendiants mendient. Les grands rois possèdent d’immenses empires et amassent des richesses et des trésors inimaginables. Toutes les innombrables incarnations des âmes, coulant dans la volonté du Divin, jouant leur rôles attribués, laissent ultimement ce monde derrière. Toute les richesses, la puissance, l’ego, et les possessions pour lesquelles avoir lutté et portées avec fierté, en vérité, n’ont aucune valeur ou signification.

Par exemple, un homme connu comme étant politiquement impitoyable qui a atteint beaucoup de puissance et de richesse dans sa vie, succombe d’un cancer. Pendant sa maladie il réalise cette vérité simple. Peu avant sa mort il écrivit “le vide spirituel au coeur de la société Américaine,” un vide qu’il n’avait pas identifié jusqu’à qu’il réalise sa propre mortalité. Il continua ainsi: “J’ai acquis plus de richesses, de pouvoir et de prestige que la plupart. Mais vous pouvez avoir tout ce que vous voulez et vous sentir encore vide… il m’a fallu une maladie mortelle pour me mettre les yeux dans les yeux avec la vérité…” (2).

Comment ce vide est-il rempli? Quelle est la vraie richesse?

Même avoir amassé la plus grande fortune, ou être le plus puissant dirigeant, le plus connu des artistes, ou le meilleur poète… ces choses n’ont même pas la valeur d’une fourmi comparé à celui qui est débordant spirituellement, quiconque réfléchit sur le Un merveilleux, dont le mental est accordé au voyage de la goutte de pluie, et est, dans la vie, immergé dans le nectar de la mer, submergé dans le flux cosmique, et ivre et noyé dans le nom de Dieu.

C’est ma compréhension du 23ème Paurī du Guru Nānak’s Jap Jī Sāhib. Je sais que le rôle que je joue dans cette vie est exactement parfait. Il n’y a pas de faute ou de déficience dans ma vie ou en moi-même et il n’y a pas de cause pour une perspective sombre ou pour sentir que je suis une victime des circonstances. Ce sentiment est la vraie Maya! Car, quand nous sommes accordé avec le flux et que nous souvenons du Nam, il n’y a pas de doute et il n’y a pas d’obscurité; seulement un sens élevé d’une abondance débordante, d’un état complet, et d’une unité avec le Flux. C’est la vraie Richesse!

Bibliographie

1. Bhajan, The Aquarian Teacher, 80.

2. Atwater, Lee, quoted by Hillary Rodham-Clinton in Living History, New York: Simon & Schuster, 2003, 160-161.